Déclaration du commissaire à l’information et à la protection de la vie privée de l’Ontario sur l’utilisation de la technologie Clearview AI par le Service de police de Toronto

Feb 14 2020

PARTAGER

   

Le moissonnage systématique d’Internet pour y recueillir des images de visages à des fins d’exécution de la loi a une incidence importante sur la vie privée de toute la population ontarienne. Mon bureau a déjà fait savoir clairement qu’il doit être consulté avant l’utilisation d’une telle technologie.

Nous ne savions pas que le Service de police de Toronto utilisait la technologie Clearview AI avant qu’il ne communique avec nous le 5 février. Nous sommes soulagés d’apprendre que cette technologie n’est plus employée.

L’utilisation de toute technologie de reconnaissance faciale soulève des questions essentielles en matière de vie privée. Mon bureau consultera le Service de police de Toronto sous peu et réexaminera son utilisation de cette technologie de reconnaissance faciale ainsi que l’opportunité d’utiliser Clearview AI. Nous doutons qu’il existe des circonstances où l’utilisation de Clearview AI serait acceptable.

Nous continuons d’encourager vivement les organisations qui envisagent le recours à de nouvelles technologies qui pourraient porter atteinte à la vie privée de la population à communiquer avec nous. L’utilisation de telles technologies est très préoccupante.

Nous avons appris par l’entremise des médias que d’autres services de police pourraient également utiliser Clearview AI. Ces services doivent cesser de le faire immédiatement et communiquer avec mon bureau. J’ai également demandé à mon personnel de communiquer avec ceux que les médias ont portés à notre attention afin de discuter de la légalité de l’utilisation de cette technologie et de son incidence sur la vie privée.

— Brian Beamish, commissaire à l’information et à la protection de la vie privée de l’Ontario

This post is also available in: Anglais