Nous vivons de plus en plus en ligne, et les cybercriminels le savent!

Oct 08 2021

Contrairement aux différents pans de notre économie qui ont été affectés par la pandémie de COVID-19, la cybercriminalité est restée plus active que jamais et ne montre aucun signe d’apaisement.

Comme le souligne le Centre de la sécurité des télécommunications (CST) du Canada dans son dernier rapport annuel  : « Pour les acteurs de la cybermenace, la crise a du bon. Les cyberciminels n’ont pas hésité à tirer parti de la COVID-19 pour tenter d’escroquer les Canadiens, en pratiquant le hameçonnage et en créant des sites Web frauduleux. » Entre le 1er avril 2020 et le 31 mars 2021, le CST, l’autorité technique nationale pour la cybersécurité au Canada, a répondu à 2 206 cas d’incidents de cybersécurité – soit une moyenne de six par jour – et a retiré plus de 7 000 faux domaines se faisant passer pour des sites Web clés du gouvernement fédéral.

Face à la grande activité des escrocs pendant la pandémie, le Mois de sensibilisation à la cybersécurité se révèle plus pertinent que jamais. Cette campagne d’un mois, qui se tient chaque année en octobre, est reconnue dans le monde entier pour aider le public à découvrir les nouveaux dangers de la cybercriminalité et à reconnaître l’importance de la cybersécurité. Le thème très approprié de cette année, « La vie en ligne », souligne l’importance de protéger nos appareils, nos comptes et nos connexions.

Notre bureau a mis au point un certain nombre de ressources pour aider les organisations et les particuliers à protéger leurs informations personnelles et à éviter d’être victimes de cyberattaques. Je vous recommande notamment de lire notre fiche d’information Se protéger contre le hameçonnage et d’écouter notre baladodiffusion  Questions d’actualité  où notre propre conseiller technologique principal, Fred Carter, prodigue des conseils faciles à comprendre sur la façon de se protéger en ligne. L’une de nos fiches d’information les plus populaires, Travailler de la maison pendant la pandémie de COVID-19, fournit quelques meilleures pratiques pour les organisations afin que leurs employés continuent à protéger la vie privée et à garantir l’accès aux informations, même lorsqu’ils travaillent à distance.

Dès son arrivée au Bureau du CIPVP, notre nouveau Commissaire adjoint chargé des initiatives stratégiques et des relations extérieures, Eric Ward, s’est mis au travail, en rencontrant virtuellement les parties prenantes et en se plongeant dans les diverses tâches du CIPVP. Le 12 octobre, il participera au Sommet virtuel sur la cybersécurité et la fraude pour discuter des lois actuelles et de la cybersécurité, des technologies émergentes et de l’intelligence artificielle.

Notre meilleure défense contre les cybercriminels passe par la prise de conscience des risques liés aux activités en ligne et par la réflexion délibérée liée aux informations personnelles que nous partageons, dans quel but et avec qui. Cette nécessité s’avère d’autant plus importante que nos vies dépendent extrêmement d’Internet (travail, école, achats et vie sociale). La récente panne de Facebook en début de semaine et les ravages qu’elle a provoqués chez des milliards d’utilisateurs ne font que confirmer, de manière brutale, cette dépendance croissante, pour le meilleur ou pour le pire.

Je vous encourage à visiter le site Web Mois de sensibilisation à la cybersécurité et à consulter nos ressources CIPVP pour en savoir plus sur la cybercriminalité et les moyens de vous défendre, vous et votre organisation.

Le fondateur du magazine Forbes, B.C. Forbes, a dit un jour : « Agir sans réfléchir, c’est comme tirer sans viser. » Je pense que nous pourrions nous inspirer de ce brin de sagesse actuellement. Ne cliquez donc pas sans réfléchir, sinon vous risquez de manquer la cible.

Patricia

This post is also available in: Anglais